Trans-Mongolien partie II

Nous voilà de retour dans le trans-Mongolien pour la dernière partie de ce trajet mythique.

C’est à nouveau un train très touristique mais nous avons la chance d’être dans un compartiment avec les seuls locaux du wagon! Il s’appelle Shukree et est ingénieur dans une mine d’or, elle s’appelle Altankuya et est ophtalmologue. Ils vont tous les deux à Pékin pour une nuit (sachant que le voyage dure environ 30h) acheter un outil dont elle a besoin pour son cabinet. Ils nous expliquent tout se qu’ils peuvent avec les quatre mots d’anglais qu’ils connaissent et miment le reste! Nous échangeons les adresses e-mail et sommes invité chez eux à l’été 2014.

Nous partons d’Oulan-Bator sous la neige et disons au revoir à l’hiver. Le train fait parfois des virages « en épingle à cheveux » dans les montagnes.
Le paysage devient rocailleux, aride, désertique: nous traversons le désert de Gobi à la tombée de la nuit.

Tout d’un coup nous apercevons au loin des milliers de lumières, l’urbanisation a repris sa place, voilà la frontière Chinoise!
Dans la première ville de Chine,nous devons changer les « boggies »: les rails russes et mongols n’ayant pas le même écartement que les autres rails du monde, nous devons changer les roues du train! Les wagons sont séparés puis soulevés (avec nous à l’intérieur) et d’autres roues sont glissées pour adapter l’écartement, c’est impressionnant!

Le paysage change très vite! Les cultures abondent, les villes sont « construites », la Chine paraît si « cultivée » et « civilisée »!
C’est drôle de voir à quel point, dans notre langue les adjectifs « urbains » ont une connotation positive, le « vivre ensemble » ne s’appliquerait-il qu’à la ville? Les mongols ne manquait pourtant pas de « culture » ou de « civilité »!

Chose improbable, nous tombons pour la troisième fois sur Sebi (le suisse à vélo), qui remis de ses mésaventures s’est décidé de continuer son périple (en train)! Nous prenons donc rendez-vous avec lui pour faire un randonnée sur la grande muraille (entre suisses)!

Comments are closed.

One Response

  1. Loïse says:

    Changer les roues d’un train c’est quand même un truc de fou 🙂 Moi je ferai attention à ce Sebi c’est peu être un espion haha LOL
    Gros bisous