Arugam Bay

(GMT + 5:30)

Nous venons admirer les surfeurs sur le spot bien connu d’Arugam Bay.
Dès notre arrivée nous rencontrons un jeune du coin qui nous raconte le tsunami d’il y a neuf ans. Nous en avons entendu parler bien sûr, mais lorsque ce jeune homme nous explique son histoire et partage avec nous sa peur du bruit des vagues (spécialement la nuit), nous sentons à quel point c’est resté profondément ancré dans les mémoires. C’est très émouvant…

Nous sommes juste à côté d’un grand parc national, mais pour y entrer il faut prendre un guide et louer une jeep. Notre nouvel ami srilankais nous explique alors qu’à quelques kilomètres d’ici, se trouve un « corridor » entre deux parcs naturels et que beaucoup d’animaux passent par là!

Nous prenons donc le bus jusqu’à Lahugala. Nous sommes à la fois excités de pouvoir peut-être apercevoir les grands pachydermes et à la fois anxieux de se retrouver nez à nez avec un crocodile, une panthère ou un gros serpent.
Dans le bus public, les gens déjà nous aident. Puis arrivés au village, chaque habitants s’improvise guide: nous expliquant où il faut aller pour voir les éléphants et nous mettant en garde: « Vous pouvez aller voir les crocodiles, les panthères, les pythons ou même les cobras, mais attention, les éléphants eux sont très dangereux, ne vous en approchez pas trop! »
Des passants prennent notre numéro de téléphone (local) pour nous appeler lorsqu’ils verront des éléphants, d’autres nous prennent en voiture pour nous amener un peu plus loin (de peur qu’un pachyderme croise notre route) et finalement on nous appelle: « ils sont là, ils sont là »! Les habitants nous accompagnent en nous expliquant les distance à respecter…
Nous avons le bonheur de contempler ces merveilleux animaux brouter dans la savane, se baigner dans des étangs, traverser la route ou se cacher dans la forêt! Il paraissent si calme et si sereins mais nous comprenons vite le respect qu’ils imposent!
Finalement, nous qui nous nous demandions si nous verrions des animaux, nous voyons un nombre incalculable de singes, des multitudes de paons, des oiseaux de toutes sortes, des varans, des écureuils, des iguanes et onze éléphants (dont un à moins de 10 mètre de nous ce qui est vraiment très impressionnant)!

Et puis il y a les rencontres innombrables, souriantes et indescriptibles.
Et il y a surtout cette femme! Elle nous invite dans sa maison de terre au bord d’un chemin (elle vit dans une pièce de trois mètres sur deux avec son mari et sa fille). Elle nous prépare un délicieux jus au fruit de la passion et nous offre un petit bout de papaye. Elle nous présente sa famille et nous fait faire le tour de son « jardin ».
Elle insiste ensuite pour nous préparer à manger (sur un feu de bois). Nous refusons au début mais nous nous rendons bien vite compte que ce ne sera pas possible! Elle nous prépare donc du riz et du dahl au curry (certainement le meilleur que l’on ait manger jusqu’ici) en s’excusant de ne pas avoir de légumes. Elle nous raconte alors que son mari étant blessé, vient du passer plusieurs jour à l’hôpital et a, par conséquent, perdu son travail (de policier). Ils vivent maintenant quelques semaines difficiles!
Elle nous explique également pourquoi les habitants ont tellement peur des éléphants: ils dévastent souvent leur jardins et dévorent leurs cultures (ils viennent d’ailleurs de ravager leurs bananiers), ils défoncent les voitures, leur maisons et tuent parfois des gens! Les habitant vivent donc souvent dans la peur de ces animaux gigantesques…
Cette famille nous touche et nous tentons naturellement de leur donner quelques chose mais ils refusent! Nous tentons au moins de les payer pour le repas, mais c’est peine perdue!
Il n’acceptent même pas nos bananes. Nous arrivons tout juste à leur laisser un paquet de biscuits, a leur acheter une papaye (de deux kilo pour 75 centimes) et à avoir leur adresse pour pouvoir leur envoyer les photos que nous avons fait d’eux!

Cette femme est un rayon de soleil, malgré ses difficultés elle nous éclaire! Elle nous raconte qu’elle aime donner aux gens car cela la rapproche de sa défunte mère qui donnait beaucoup de son vivant…

Il y a de ces moment qui vous ramène les pieds sur terre en vous propulsant la tête dans les étoiles. Il y a de ces rencontres qui vous remettent profondément en question toute en vous donnant confiance en la vie et dans le genre humain.
Nous repartons de là, grandit, une fois de plus!

Comments are closed.

2 Responses

  1. Pierre & A.-C. says:

    Rien à dire!
    Tout simplement merveilleux!
    Bisous.
    Pierre & Anne-Catherine