Jungle train

Touts excités, nous repartons à 2h du matin. C’est un voyage dont nous avions rêvé: un train qui traverse la jungle (et vu le nombre de vitres brisées nous comprenons tout de suite que la jungle pousse vite et que les branches passent très près du train).

Nous embarquons avec les locaux, des poules (vivantes) et des poissons.
C’est également le train des écoliers. Certains viennent nous parler et nous posent des questions. Nous sommes une attraction, derrière chaque siège de grands yeux noirs nous scrutent.

Le train passe effectivement en plein centre de la jungle. Les feuilles lèchent les wagons et entrent par les portes (qui restent ouvertes durant tout le trajet).
Nous nous arrêtons parfois en pleine jungle. Nous nous demandons d’où viennent les gens qui attendent là et où vont ceux qui sortent (puisqu’il n’y a ni route ni chemin)!

Cela nous donne envie d’aller voir plus en profondeur dans cette forêt tropicale. Un mini-van nous emmène sur le chemin d’un village encore plus à l’intérieur de cette masse verte.
Nous traversons des zones de déforestation impressionnantes et des plantations de palmiers à perte de vue (la Malaisie et l’Indonésie produisent 85% de l’huile de palme qui est la plus utilisée au monde, vous pouvez donc imaginer les étendues gigantesques de cette monoculture)!
Nous mettons plus de deux heures pour faire ces 60 derniers kilomètres (les locaux eux-même semblent s’impatienter dans le bus et nous disent que d’habitude cela prend moins d’une heure).

Durant le trajet nous avons le temps de nous demander: Si le bus va mourir ou si c’est le chauffeur, si il est payé à l’heure plutôt qu’aux nombres de trajets, si il confond les panneaux « interdiction aux plus de 10 tonnes » avec des panneaux de limitation à 10 kilomètres/heure, si il a réellement son permis de conduire et si nous y arriverons un jour ???

Comments are closed.

One Response

  1. Pierre & A.-C. says:

    Mélanie et Maurice,
    Dans vos commentaires et instantanés vous nous faîtes aussi passer par des chemins non prévisibles. Mais où allez-vous? Quel voyage!
    Merci et tout de bon. Viva!
    Pierre & Anne-Catherine