Siem Reap (ou la folie collective d’Angkor)

(GMT +6)

Après de nombreux marchandages (eh oui, tout se marchand ici, même le bus) nous prenons la route en direction de la ville de Siem Reap.
Là, nous retrouvons mes parents, et nous avons la délicieuse surprise de découvrir un hôtel somptueux: non seulement les draps, les sols et la salle de bains sont propres (ce qui est rare là où nous allons d’habitude) mais en plus nous pouvons profiter d’une jolie piscine (pour faire quelques brasses la matin), le buffet du petit déjeuné est gigantesque (et délicieux) et il y a même un sauna pour Mo!
Que demander de plus!!!

Nous commençons par aller visiter le marché et sommes surpris par le nombre de vendeuses parlant anglais (ou sachant dire en tout cas: « one dooooollar madaaaaame »).
Le soir nous allons acheter nos billets pour les temples d’Angkor et voir le couché de soleil sur ce site mythique! Ce que nous verrons finalement sera plutôt un couché de touristes avec le soleil au fond… Cette cohue est une vrai folie collective!
Heureusement, les nombreux voyageurs rencontrés au cour de notre périple nous ont donné quelques truques pour éviter (au mieux) le tourisme de masse!
Dès le lendemain matin, nous prenons donc le circuit dans l’autre sens et ne suivons jamais le « way of visite ».
Puis, nous sortons des sentiers battus, et allons visiter des temples reculés (et non visités par les cars touristiques). Malgré leur moindre envergure nous pouvons enfin réellement apprécier l’atmosphère sereine, énigmatique et presque magique de ces temples enfouis dans la jungle.

Siem Reap est une gigantesque « machine à touristes ». C’est le passage obligé pour visiter les temples mythiques et 100% des touristes venus au Cambodge passent par là. De toute part on entend « massages massage », « dooolar dooolar », …
Mais cela nous permet un entraînement intensif au marchandage! Nous nous amusons beaucoup tout les quatre à marchander serré (comme dirait Mo) les tuk-tuk et autres achats (quitte à leur donner un peu plus à la fin que le prix décidé) et nous développons quelques techniques en « jouant une comédie » bien cambodgienne.
Finalement le marchandage se transforme en jeu et nous en rions beaucoup (ensemble et avec les locaux).

Un jour nous empruntons des vélo à l’hôtel et nous rendons compte qu’à peine sortis du centre, la région reste bien authentique. Nous découvrons également un marché Khmer étonnamment préservé et sans touriste.

Le dernier jour, nous décidons de nous lever aux aurores pour voir levé du soleil sur Angkor Wat.
Naïfs, nous pensons éviter la grosse masse de touristes à ces heures là: grossière erreurs.
Des foules se pressent à l’entrée pour faire LA photo qu’ils ont déjà vu dans des magasines et une course de vélo se mêle à la masse. Heureusement, les gens restent tous (bien groupé) au même endroit et, (le site étant étendu) il est facile de trouver des espaces où nous sommes absolument seul (étonnamment)!

Ces temples majestueux se sont transformés en énorme « machine à fric » et il devient difficile de ressentir l’admiration des explorateurs qui les ont redécouvert!
Malgré cela, en jouant un peu de malice, on peut trouver quelques espaces préservés et se laisser impressionner par cette architecture grandiose et mystérieuse.

Comments are closed.

One Response

  1. Maric says:

    Bien joué! C’est comme si on y était… Bisous (à ouane doooolaaar)