Train K-79

Nous réservons deux places dans un train pour aller au sud de la Chine (environ 30h). Si notre dernier voyage en train s’apparentait presque à un trajet en avion celui-là se révèle bien plus authentique!

Notre wagon-lit possède plus de soixante couchettes sans compartiment! Les lits sont repartis sur trois niveaux. Nous avons heureusement réservé les couchettes supérieurs (qui étaient les moins chères) car les gens s’agglutinent jour et nuit sur celles du bas (en poussant parfois ceux qui y dorment)… Et ils sont d’une propreté toute relative! Ils jettent leurs déchet au sol, et laissent tomber beaucoup de nourriture, fument parfois et boivent beaucoup!
De plus la médecine chinoise prescrit « qu’il ne faut rien garder à l’intérieur » du coup les gens pètent, rotent et crachent au sol sans aucune gène (c’est assez déroutant pour nous)!
Si nous avions rit à Shanghai lorsque nous avions vu un panneau « interdit de cracher » sur le ferry, nous comprenons maintenant qu’il serait bien nécessaire dans ce wagon!

Nous nous sentons comme des extra-terrestre dans ce train!
Les gens viennent de tout le train nous « rendre visite », ils s’assoient quelques minutes avec nous, nous disent « hello » (seul mot qu’ils connaissent en anglais) et nous prennent en photo!
De plus nous devons trinquer avec chacun d’entre eux et sachant que leur alcool est à 65° cela devient assez rapidement difficile, mais cela les rend tellement heureux que nous ne pouvons refuser…

Dans notre wagon, ils jouent à une sorte de papier-cailloux-ciseaux améliorée version chinoise à grand renfort de cris et celui qui perd doit boire!
Ils essaient de nous initier mais comme cela est vraiment compliqué nous finissons par jouer à papier-cailloux-ciseaux (certaines choses sont internationales).

Lorsque nous sortons notre carte de la Chine nous nous la faisons rapidement « arracher » des mains. Ils veulent tous chercher où ils habitent, mais à notre grande surprise ce n’est pas pour nous montrer d’où ils viennent mais simplement parce qu’ils n’ont pas souvent l’occasion de voir des cartes (ils mettent d’ailleurs beaucoup de temps à trouver leur ville malgré la traduction en idéogramme de notre carte)!

Le deuxième jour, l’information de notre présence à fait le tour du train et on nous amène la seul personne capable de nous demander d’où l’on vient en anglais. La conversation ne se prolonge pas très longtemps puisqu’il ne sait poser qu’une ou deux questions types et a de la peine à comprendre les réponses, mais nos « colocataires » en sont ravis!

Nous sortons du train mort de fatigue. Les gens n’ont pas cessé de faire du bruit à une certaine heure ou à partir d’une certaine heure, ici chacun vit comme il l’entend et nos « bonnes manières » n’ont définitivement pas court!
Finalement ce trajet restera un grand moment de notre voyage, nous qui rêvions à un peu plus « d’aventures » après ces visites de villes, nous avons été « servis » sans y être préparé mais en sommes très heureux!

Comments are closed.

4 Responses

  1. Loïse says:

    Hey Momo sacrée blessure de guerrier 🙂 j’espère que ça va mieux… Mais quel voyage mes amis vous me faite rêver, j’adore… Toutes ces aventures incroyables c’est super… Merci de partager cela avec nous… Vous avez des sourires radieux en tout cas ça fait plaisir à voir… Je pense fort à vous et vous embrasse 🙂

  2. Yascha says:

    Ouiouïoüi!! C’te blessure!! Un vrai guerrier, et avec une vraie barbe!! ; )
    Vos photos sont magnifiques et vos textes nous transportent dans ce rêves que vous êtes entrain de vivre!
    Waouh!
    Merci pour vos morceaux de rêves…
    Pleins de gros becs et bonne route… <3

  3. Pierre & A.-C. says:

    Encore une fois, tout simplement : Merci.
    A bientôt!
    Pierre & Anne-Catherine

  4. Serge says:

    Long time no see ! …et réciproquement… (mais c’est plus compliqué à expliquer en un email…on débriefera, promis…;=) )

    Bien occupé ces dernières semaines, j’ai perdu certains fils de votre périple.

    A dire vrai, même si vos photos sont souvent très émouvantes, je reste par moment partagé entre le plaisir de vous voir rayonnants, de visiter ces contrées par votre intermédiaire (cette fois du moins), de vous savoir en pleine vie et en bonne forme malgré les « sévices » divers que vous avez vécus: vie en communauté ferroviaire, picole en train avec feuille-cailloux-ciseaux, etc… et le principe de vous savoir toujours malgré tout rattachés à votre vie d’avant, à celle d’ici, et surtout à notre « richesse » par le biais de ce blog.

    (« richesse » bien réellement toujours plus relative à mes yeux)

    Acquérir, posséder, développer, travailler pour « réussir » etc…. bref, que d’énergie pour tenter de ne pas se poser de questions fondamentales, pour écouter… le silence, pour vivre l’instant et non espérer que … l’instant suivant soit meilleur.

    En ce qui vous concerne, je suis persuadé que ce voyage vous amène déjà sur votre route, le chemin étant plus important que le… bout du chemin.

    Je pense percevoir votre somme de découvertes mais en même temps me suis demandé depuis le début si un blog n’était finalement pas un lien qui vous retient d’un lâcher prise plus total ?

    Je n’ai pas la réponse bien sûr car on ne vit qu’une chose à la fois, et il est donc difficile de savoir à quel point avec ou sans blog ferait une différence, tant pour nous que pour vous.

    Il y a aussi probablement une question de génération car il semble que la vôtre vive avec ces liens (internet, blog, sms, et autres « fils à la patte ») sans les ressentir autant que la « nôtre », bref, vaste débat difficile à conclure en quelques lignes.

    Toujours est-il que j’ai trouvé super (pour vous et pour moi/nous ?) que vous ayez pu/dû décrocher 15 jours au moment où un accès à internet/téléphone et… eau courante était impossible.

    Voilà pour ma « bonne » parole du jour, cela étant écrit, nous vous souhaitons que tout continue de se dérouler à merveille, et pensons fort à vous,

    Les filles se portent en vraie fées, Eve emporte toujours tout sur son passage et Lou nous fait de plus en plus rire avec subtilité, bref: la Vie avec des enfants en bonne santé ;=),…
    …on voyage finalement beaucoup entre le salon et leur chambre …!

    Avec une énorme bise de nous 4 et surtout ne changez rien: je pense à haute voix, en « intellectuel » névrosé occidental et c’est peut-être excessif ?

    De vous voir fait plaisir à chaque fois et rassure le grand angoissé que je suis face à l’absence d’un de mes p’tits frères (Mélanie, sois rassurée, tu est inclue dans mes inquiétudes névrotiques).

    Bref, faut que je reparle de tout cela à ma psy ;=)

    Profitez et revenez … quand le bon train s’arrêtera au moment opportun…

    On vous Zème fort, jusqu’au ciel (Lou dixit ;=) )

    S&Co