Transsibérien

Certains arbres ont perdu leurs feuilles, les couleurs ont jaunis et l’épais brouillard d’automne qui règne à notre réveil les rend moins éclatantes. Malgré cela, de belles éclaircies accompagnent notre trajet.

A présent nous traversons la taïga: les forêts sont moins denses, d’immenses champs non cultivés (pour la plupart) s’étendent à perte de vue et la topographie est beaucoup plus variée que les jours précédents!

C’est en comparant plusieurs trains qu’on remarque leurs différences!
Notre « trans-Oural » était vraiment dans un piteux état, ses fenêtres en bois étaient mastiquées grossièrement, ses couchettes courtes, il ne possèdait pas de ventilation et les différences de températures élevées suggéraient un chauffage très approximatif!

Par contre, les provodnik prenaient leur travail très à coeur! Ils passaient l’aspirateur une fois par jour, époussetaient les compartiments et faisaient règner une forte odeur de javel à tout moment de la journée!

Aujourd’hui notre train est plus récent, les fenêtres sont en métal, les compartiments paraissent un peu plus « spacieux » et nous pouvons choisir notre menu (notre provodnik a parcouru tout le train pour nous trouver un menu en anglais) par contre nous payons le repas une petite fortune et en plus ce n’était pas du tout ce que nous avions commandé! Mais comme nous ne comprenons rien, nous mangeons docilement ce qu’on nous apporte!
Dans ce train, les provodnitsa sont tout une équipe et elles semblent faire la fête, on dirait un camps de vacances…

Le train est presque désert. Mise à part une demoiselle russe qui nous a accompagné pour quelques arrêts, nous sommes seuls dans notre compartiment! Ce n’est pas très propice aux rencontres mais nous profitons de notre « indépendance »!

Malgré cela, « comme des grands », nous faisons une découverte CAPITALE: le fonctionnement du robinet d’eau non potable (jusque là nous nous lavions les mains à l’eau potable =0)!
Nous commençons à bien connaître ces trains et nous nous en sortons de mieux en mieux!

 

Vocabulaire russe: Les provodnik et les provodnitsa sont les steawarts et les hôtesses du train. Il y en a deux par wagon, parfois plus (ils se relaient) et sont maître à bord!
Ici ils s’ocupent de tout: de contrôler les passagers, de les renseigner (bien que nous n’en ayons pas encore rencontrer un seul qui parle une autre langue que le russe), du nettoyage mais aussi de réveiller les occupants du train avant l’arrivée à destination (personne ici ne met de réveille), de servir des menus, de prêter de la vaisselle ou de répondre à toute demande des voyageurs.

Comments are closed.

2 Responses

  1. Loïse says:

    Ha Méli je te reconnais bien à coller des souvenirs dans ton cahier 🙂
    Sacré changement de décor depuis votre départ… Très belle photos 🙂 Bonne route vers la Mongolie…
    Gros bisous à vous 🙂
    Я люблю тебя

  2. Pierre & A.-C. says:

    Merci pour votre message sur le smartphone d’ AC. Je remarque dans vos photos des lumières étonnantes, magiques. Que c’est beau ces voyages où tout change de notre réel quotidien. Merci de nous en faire profiter. Bonne suite ! Pierre & A.-C.